Les soft skills vues par Stéphanie !

Share on LinkedIn162Tweet about this on Twitter

Vous avez dit : raz de marée des soft skills ? A l’heure de l’IA, qu’en est-il des soft skills ?

Avec le développement du big Data, de l’intelligence artificielle et des bots, l’ubérisation du recrutement fait de plus en plus de bruits ! Chaque semaine, une start-up promettant de révolutionner le recrutement voit le jour.
Certes, les nouvelles techno facilitent le sourcing de candidats et la recherche d’emplois, réinventent voire réenchantent les processus de recrutement, mais il y a une chose que les nouvelles techno ne peuvent évaluer : les soft skills.

Partage d’expérience de Stéphanie Florentin, CEO du cabinet de recrutement Edgar People (le site sur lequel tu te trouves😜).

Les soft skills ? Qu’est-ce que c’est ?

On parle de « soft skills » par opposition aux « hard skills », savoir–faire / compétences techniques acquises par la formation ou l’expérience ; les « soft skills » sont les qualités humaines et relationnelles qui constituent la personnalité de chaque personne. On parle aussi de savoir-être.

Par exemple, la capacité à prendre une décision rapidement, à rebondir face à une situation complexe ou à s’adapter à des environnements différents, communiquer chaleureusement avec les autres, avoir une force de conviction certaine ou encore la manière de percevoir le monde comme étant le monde des possibles ou non sont des soft skills. On parle aussi d’autonomie, de capacité d’adaptation, d’aisance relationnelle, d’intelligence émotionnelle, de persévérance, d’esprit de compétition, d’ambition, de sens de la conviction, d’optimisme, d’empathie, d’humilité, de travail d’équipe …

 work team project GIF

Les soft skills contrairement aux hard skills peuvent être innées (intuition, créativité, empathie…) ou s’être développées en fonction du vécu de l’individu, de son environnement, de son éducation, des activités extra scolaires ou extra professionnelles suivies, des voyages faits à l’étranger etc. Ce qu’il y a de passionnant avec les soft skills, c’est qu’elles sont « contagieuses ». Un manager ayant une bonne aisance relationnelle pourra ainsi développer cette qualité au sein de son équipe.

Randstad et le Journal du Net ont répertorié les 10 compétences « douces » à posséder d’ici à 2020 dans un article que je vous recommande vivement. D’après eux, ces compétences permettront de se démarquer et de mieux vivre le travail en entreprise.

Les soft skills, comme l’empathie, l’écoute ou le sens de la communication par exemple, apparaissent en effet comme une condition sine qua non au succès d’un manager – et par ricochet, à la performance de l’entreprise. Les soft skills sont au service des hard skills. Elles représentent en quelque sorte le « capital humain » de l’entreprise.  « Pour que ces compétences « douces » deviennent « dures », chaque entreprise doit d’abord s’interroger sur ses propres aptitudes clés : quels sont les leviers et les freins à la performance et à l’engagement dans son contexte stratégique, quels sont les leviers de la qualité de vie au travail ? » (Jean-Louis Prata, Directeur de l’innovation à l’Institut de Médecine Environnementale).

soft skills

Sachant que 89% des recrutements échouent par manque de motivation ou une personnalité inadaptée (Source leadership IQ), il est primordial d’accorder de l’importance à l’évaluation des soft skills clés pour une prise de poste réussie. Autrement dit, à formations et expériences professionnelles égales, les soft skills font donc de plus en plus la différence lors d’un processus de recrutement.

Finalement, comment évaluer concrètement les Soft Skills lors d’un entretien ?

Il ne s’agit pas de se fier uniquement à son intuition … Par ailleurs, les hard skills sont mesurables et quantifiables alors que les soft skills évoluent et ne sont pas faciles à détecter. C’est un peu comme si les hard skills constituaient le haut de l’iceberg d’un individu et les soft skills, la partie immergée. Et cette partie immergée représente environ 85% !

1)   Lors d’un brainstoming, vous pouvez par exemple vous poser les questions suivantes pour définir les compétences dont vous avez besoin.

Quelles sont les soft skills nécessaires à une bonne intégration dans l’équipe ? Dans l’entreprise ? Quelles sont celles qui vont permettre au nouveau collaborateur de s’épanouir et d’évoluer au sein de l’entreprise ? Quelles sont les valeurs clés de notre culture d’entreprise ? A quelle phase de développement sommes-nous ? Etc.

2)    Préparez une grille les reprenant pour pouvoir les évaluer.

3)    Listez des questions vous permettant de les évaluer. Parfois une seule question ne sera pas suffisante.

4)    Assurez-vous que tous les parties prenantes  lors d’un recrutement ont bien en tête les softs skills à évaluer car il incombe aux recruteurs de les identifier.

5)    Réunissez toutes les parties prenantes et échangez ! « Quand il y a un doute, il n’y a pas de doute

Souvenez-vous, à compétences égales, les soft skills font la différence !

 reaction happy fun mrw win GIF

Besoin d’attirer les meilleurs talents ? Contactez-nous – 01 82 28 83 40

Edgar People : Cabinet de Recrutement Digital

Articles similaires
boîte à outils du Community Managerlexique du digital