Comprendre le métier d’UX/UI designer

Comprendre le métier d’UX/UI designer

Géraldine est Professeur d’UX/UI Design chez Ironhack. Après plusieurs années dans le développement produit où elle fréquente de nombreux UX Designers, elle décide de rejoindre le bootcamp UX/UI Design d’Ironhack à Paris afin de changer le cours de sa carrière vers ce métier qui la passionne.

Le design est au cœur du métier d’UX/UI Designer (comme son nom l’indique) – il est donc primordial de bien comprendre ce qu’est le design, avant de se plonger dans l’UX/UI. Certains l’associeront à de l’esthétisme, d’autres au développement d’objets ou design industriel. Le design, dans sa plus simple expression, est un processus de création pouvant s’appliquer à de nombreux milieux et dont le but est d’inventer, d’améliorer ou de faciliter l’utilisation d’un produit ou d’un service.

Cette définition du design est l’essence même du métier d’UX/UI designer qui se trouve souvent associé au milieu de la tech et des produits connectés (website, application où tout autre objet connecté). Les deux domaines UX (User Experience) et UI (User Interface) ont donc tous deux le même but ultime : résoudre des problèmes utilisateurs afin de rendre son expérience la plus facile et agréable qu’il soit, tout en se pliant aux contraintes techniques et financières qu’un produit ou plus largement une entreprise rencontre.

Mais concrètement comment cela se passe-t-il dans une entreprise ?

shock what GIF

Les tâches clefs d’un UX/UI designer se décomposent en plusieurs phases. La phase UX comprend l’étude approfondie de l’utilisateur, de son environnement mais aussi la structure du produit (site, application…) ainsi que  l’organisation des données au sein de ce produit. La phase UI qui met en forme et en couleur tous les éléments recueillis dans la phase UX.

1 – Comprendre l’utilisateur

Mettre l’utilisateur au cœur du design se traduit par une étude approfondie de celui-ci, c’est-à-dire une étude complète de l’humain, de ses habitudes, de ses décisions, ses motivations et de son comportement. Autrement dit, la première étape d’un UX designer est avant tout une aventure humaine !

Afin de remplir cette mission, l’UX designer réalise des sondages, des entretiens individuels avec de potentiels utilisateurs ; il étudie le marché de son produit de fond en comble, se documente sur la concurrence et les ‘best practices’, et se renseigne sur les contraintes légales et techniques s’il y en a.

Ce travail de longue haleine, Albert Einstein l’avait déjà bien inscrit dans sa réflexion :

2 – Définir les problèmes de l’utilisateur

Une fois que l’utilisateur et son environnement n’ont plus de secret pour l’UX designer, il utilise un ensemble d’outils lui permettant de se projeter dans la peau de son utilisateur afin de mieux comprendre les problèmes qu’il rencontre, ses motivations et son contexte ; ceci  dans le but de lui trouver des solutions. Cette phase de travail de l’UX designer est plus communément appelée la phase de définition du problème.

Un aperçu de certains outils de l’UX designer :

Les Personas :

Le Persona est une sorte de carte d’identité détaillée d’une personne imaginaire représentative d’un groupe d’utilisateurs. Il comprend plus ou moins d’informations sur la démographie, les habitudes, les motivations et d’autres caractéristiques sociales et psychologiques relatives au type d’utilisateur représenté.

Le Parcours Utilisateur (User Journey) :

Cet outil permet de contextualiser l’utilisation d’un produit lors d’un moment précis. On cherche alors à savoir ce que pense et ressent l’utilisateur lors d’un scénario bien déterminé. De cette manière, on en dégage les points de frustrations et donc les opportunités de résoudre les problèmes de notre utilisateur via le produit ou service développé.

Carte d’empathie (Empathy Map) :

Le but de la Carte d’empathie vous l’aurez compris est bien de se mettre dans la peau de son utilisateur et de mieux comprendre l’environnement dans lequel il se trouve. On représente ainsi tout ce que notre persona pense, ce qu’il dit, ce qu’il entend et voit. De là, se dégage  et des problèmes/souffrances qu’il rencontre et on peut commencer à en dégager des potentiels solutions/gains.

3 – Résoudre les problèmes de l’utilisateur

Une fois l’utilisateur type, son contexte et ses problèmes bien identifiés, l’UX designer possède tous les outils pour passer à la phase dite « d’idéation ». Il s’agit de matérialiser des solutions possibles pour répondre aux frustrations mais aussi aux souhaits de son utilisateur et ainsi lui rendre la vie plus simple.

L’idéation peut prendre plusieurs formes. Elle peut se baser sur des caractéristiques du produit, sur des aspects graphiques ou simplement sur des mots ou la façon se s’exprimer. L’idéation sert à avoir un maximum de ressources d’inspiration pour ensuite réduire le choix et garder une sélection plus petite d’idées qui seront ensuite développées.

Attention, il ne s’agit pas de réinventer la roue, il est même fortement conseillé de chercher de l’inspiration sur ce qui existe déjà, et de trouver ce qui va répondre au mieux à notre utilisateur.

4 – Designer la solution

Aussi étrange que cela puisse paraître, le travail de design proprement dit intervient en fait seulement maintenant, une fois les problèmes et solutions possibles identifiés. Afin d’éviter de mobiliser trop de ressources dans le design et le développement d’un produit, l’étape de design se décompose en plusieurs étapes de prototypage.

De l’esquisse en passant par le ‘low fidelity’ (basse qualité) jusqu’au ‘high fidelity’ (haute qualité), le prototype va être mis en situation et testé par de potentiels utilisateurs à chaque étape.

Tester le plus rapidement un prototype même de basse qualité, permet de mettre à l’épreuve la fonctionnalité et la structure du produit sans avoir à se soucier du design graphique. Ainsi, les retours utilisateurs peuvent provoquer des changements qui sont alors mis en place et testés à nouveau rapidement. Ce processus d’itération s’effectue jusqu’à ce que le produit proposé réponde aux problèmes utilisateurs d’une part, mais aussi que l’utilisation du produit soit la plus fluide et facile possible.

Au fur et à mesure que la solution évolue la qualité de celle-ci devient de plus en plus proche du design du produit final.

Afin de réaliser des prototypes ‘testables’ auprès des utilisateurs plusieurs outils sont disponibles.

Pour le design des écrans : Le plus pratique « Sketch« , ce logiciel a été spécialement conçu pour le prototypage d’interfaces, permettant de designer rapidement des écrans. Les fonctionnalités de Sketch ne cessent de s’étendre grâce à de nombreux plugins disponible en téléchargement.

Pour l’interaction des écrans : Le plus connu « InVision« , grâce à son plugin dans Sketch, les interactions sont directement paramétrables dans Sketch. InVision permet également de commenter chaque écran de manière interactive.

Pour les micro-interactions : Le plus facile « Principle« , pour ceux qui connaissent Sketch, Principle est très facile à prendre en main car il reprend les mêmes codes. Il permet de réaliser de belles animations rapidement.

Vous l’aurez compris le travail de l’UX/UI designer ne résume pas au simple design d’interface, mais englobe une plus grande réflexion qui s’articule autour d’une mission bien précise, celle de designer pour résoudre des problèmes et rendre la vie des utilisateurs plus facile. Si aujourd’hui, le métier d’UX/UI designer se retrouve essentiellement lié au design de produits digitaux, l’UX design reste une méthodologie applicable à de nombreuses situations.

Le design d’objets, la signalétique d’un aéroport, la mise en place d’un programme éducatif, toutes ces choses nécessitent un travail approfondi de compréhension de l’utilisateur final et de son environnement et peuvent potentiellement s’ouvrir au métier d’UX designer.

En somme un UX designer c’est un peu le médecin du design. Trouver ce qui ne marche pas et le rendre fonctionnel !


Edgar People : Cabinet de Recrutement Digital

Articles similaires
les joies du recruteur